mardi 20 septembre 2016

Fables - Bill Willingham

Alors voilà.
Je voulais vous parler de Fables. Mon premier comics. Et oui ! Et je peux vous dire que j'en lirais d'autres. Sans pouvoir vraiment le définir, ce n'est pas une simple BD. Est-ce l'ambiance? le format? Je n'en sais rien et je ne peux pas le juger après un seul... ;)


Fables, qu'est-ce donc?
C'est une grosse adaptation des contes et légendes bien connus, qu'on se faisait conter quand nous étions tout gamins. Les personnages sont pour le moins célèbres: Blanche Neige, Jack (celui du haricot magique), la dame du Lac, le grand méchant loup, Totenkinder (Hansel et Gretel), etc. Il y en a toute une flopée, plus ou moins connus !
Ces personnages, les fables, ont été chassés de leurs royaumes par un envahisseur: l'Adversaire. Et pour survivre, il se sont réfugiés dans notre monde de communs, nous simples mortels dénués de magie, insignifiants (ou pas?).

Le nombre de personnages est ahurissant. Et chacun a son rôle à jouer. C'est là l'avantage de connaître d'emblée la plupart des personnages. L'auteur peut mettre en scène une tripotée de personnages sans perdre le lecteur. Aucun bourrage de crâne de ce côté-ci, et ça fait du bien !
Ce qui n'est pas facile pour les premiers tomes, ce sont les dessinateurs. Oui, il y en a plusieurs. Le principal est Mark Buckingham (l'aquarelle juste en dessous), mais il y en a beaucoup d'autres qui ont participé aux aventures. Ça demande un petit temps d'adaptation de quelques pages, puis on s'y fait et l'adaptation prend à tout casser 2 cases.



Après, je ne vais pas vous en parler pendant une heure entière, bien qu'il y aie 25 tomes bien fournis en français, 22 originaux. Pourquoi? Tout simplement parce que l'éditeur a eu la gentillesse d'y inclure quelques épisodes de spin-offs, pour nous perdre encore moins. Ils viennent ponctuer l'histoire sans en sortir, au contraire. Ça rajoute encore plus de personnages mais comme, encore une fois, on en connait déjà, c'est un peu comme s'ils étaient là depuis un bail.

Evidemment, même si ça se lit vite et que dans l'ensemble c'est prenant, ce n'est pas parfait. Sur 150 épisodes (+ les spin-offs ajoutés), il y a forcément quelques longueurs. Mais heureusement, ça repart bien. Je ne ferais évidemment aucun commentaire sur la fin, bien que j'en meurs d'envie.

En plus court : faut avoir envie de les lire. 25 tomes... ça commence à faire. Même si on pourrait s'arrêter à certains moments, on n'en a pas envie. On sait que leur vie continue et on veut connaître la suite !
Ce premier comics était une bonne expérience et c'est une joie de savoir que d'autres m'attendent dans la bibliothèque de mon chéri, tel que Spawn, Y, ou encore le fameux Lazarus. Mais je verrais ça à l'automne, une fois emménagée. Pour l'heure, je vais filer de l'ordinateur et terminer mes cartons...

Je pense reprendre pour de bon mon activité blogueste en octobre, avec en prime quelques surprises histoire de parler d'autres choses qui m'entourent.
A bientôt !

mercredi 7 septembre 2016

Bienvenue Noémie, bien le bonjour crochet

Hej !

Je vous le concède, ça fait un moment que je n'ai rien posté par ici, ni même passée... Préparation de déménagement oblige, j'ai la tête ailleurs.
Et ce soir, je ne voulais pas vous parler lecture, pour une fois, mais d'un tout autre sujet que je n'ai pas abordé depuis un bail !
Le crochet.

Parce que oui, j'ai repris le crochet.
Et oui, j'ai même terminer un projet "express": une petite couverture pour ma toute nouvelle cousine :)


J'ai même repris un projet vieux de 3 ans... un châle au fil de lin. Il est loin d'être terminé, mais je compte bien lui faire la peau d'ici l'automne et enquiller avec deux paires de chaussons !

C'était juste une petite ponctuation, une parenthèse, pour vous parler un peu d'autre chose et vous montrer que je sais faire autre chose que lire.

A bientôt !

vendredi 26 août 2016

Rosa Candida - Audur Ava Ólafsdóttir

Le jeune Arnljótur va quitter la maison, son frère jumeau autiste, son vieux père octogénaire, et les paysages crépusculaires de laves couvertes de lichens. Sa mère a eu un accident de voiture. Mourante dans le tas de ferraille, elle a trouvé la force de téléphoner aux siens et de donner quelques tranquilles recommandations à son fils qui aura écouté sans s'en rendre compte les dernières paroles d'une mère adorée. Un lien les unissait : le jardin et la serre où elle cultivait une variété rare de Rosa candida à huit pétales. C'est là qu'Arnljótur aura aimé Anna, une amie d'un ami, un petit bout de nuit, et l'aura mise innocemment enceinte. En route pour une ancienne roseraie du continent, avec dans ses bagages deux ou trois boutures de Rosa candida, Arnljótur part sans le savoir à la rencontre d'Anna et de sa petite fille, là-bas, dans un autre éden, oublié du monde et gardé par un moine cinéphile.


Lecture improvisée, je suis tombée dessus par hasard (si si) à la bibliothèque alors que Cassandra l'avait sélectionné parmi les lectures possible d'août pour son (notre?) tour du monde littéraire. Il n'est pas sorti vainqueur du vote, mais je me suis débinée... étant moyennement tentée par le fameux vainqueur je l'ai pris et ça me faisait voyager quand même. (Et c'est chouette l'Islande)
Aucun regret ! C'est toujours l'avantage des "lectures coup de tête". On ne sait pas dans quoi on s'embarque alors on est difficilement déçu.

Rosa Candida est une variété de rose rare. Elle est le prétexte d'Arnljótur pour quitter son Islande natale. L'auteur nous emporte alors dans un roman type road movie. Arnljótur se perd, se cherche pour se trouver enfin?
La première particularité du roman est le manque de détails semi-utiles. Vous savez, ces détails qui nous situent dans le temps ou l'espace, qu'on croit indispensables. Et bien A. A. Ólafsdóttir nous prouve le contraire. On s'en tape et ça ne gêne en rien notre lecture. Ici, on sait que le personnage central est Islandais grâce aux champ de lave et à l'aéroport de Reykjavik. Puis il part, traverse des pays pendant 5 jours pour arriver au monastère. Oui mais le quel? J'ai cherché, il y a un tas de monastère ou abbaye réputés pour leur jardin. Quand? Oh ben à notre époque, a priori. Mais on n'en saura pas plus. Du coup, l'histoire prend place et se concentre dessus, la vraie, celle que l'auteur veut nous raconter. Celle d'un jeune homme père par inadvertance qui part s'occuper d'une roseraie à l'étranger pour se trouver et prendre en main sa vie.
Ça change la façon d’appréhender ce qu'il se passe. On s'attache rapidement aux personnages, même ceux que l'on croise au détour d'une page. Il n'y a que l'essentiel et notre esprit ne s'embrouille pas avec des détails inutiles. Rien ne se mélange et tout est clair. (Contrairement, peut-être, à cet article)

C'est une histoire touchante, surtout si l'on est dans un vingtaine. C'est difficile d'en dire davantage sans spoiler... c'est par contre, l'inconvénient des road movies. Je ne sais vite plus trop quoi dire pour éviter de trop décrire... Le but est quand même de vous donner (ou non) l'envie de le lire, pas de vous raconter le bouquin.
Mais en bref, retenez que c'est touchant, bien écrit et sans chichi.

Et puis, pour terminer j'aimerais remercier Cassandra pour cette découverte (et toutes les autres à venir). Ce tour du monde littéraire est vraiment une chouette idée et c'est bottant comme pas permis ! Un pays par mois, en changeant de continent à chaque fois est un bon rythme à mon goût. Si vous voulez en savoir plus, je vous suggère d'aller voir son article de présentation dans un premier temps. Et puis pourquoi pas passer le pas et vous inscrire pour la suite ? ;-)

A bientôt !

=-)

samedi 6 août 2016

Les pieds bandés - Li Kunwu

   Un one-shot sur la coutume chinoise des pieds bandés. Ce récit raconte comment une jeune fille, Chun Xiou, est forcée de se bander les pieds suivant la tradition, et la torture que cela représente. Mais le calvaire ne s'arrête pas là, car avec la révolution elle va devoir supporter la pression d'une nouvelle société qui rejette toutes ses anciennes coutumes.


   Et me revoici en Chine. Ça me trottait dans la tête et j'ai jeté un œil aux coups de cœur de la bibliothèque. Aucun regret : c'était encore une bonne pioche.

   C'est une histoire vraie, la biographie de la nourrice de l'auteur. C'est la première chose qui rend ce livre touchant. Et quelle histoire ! Vraiment, si vous ne connaissez pas cette ancienne coutume (pas si ancienne d'ailleurs) je vous suggère d'aller vous renseigner au moins vite fait, par curiosité. Ça m'a épaté de lire que pour être désirable et épouser un homme de bonne famille, des femmes se sont déformé les pieds pour qu'ils deviennent plus petits, déformés mais petits. Donc plus désirable aux yeux des chinois. Et cette coutume à duré un bon millénaire. Incroyable !
   Mais, pour en revenir au livre en lui-même, je dirais que c'est chinois. On y retrouve donc cette poésie qu'on croirait involontaire. C'est beau à lire. L'auteur nous raconte l'histoire de Chunxiu tout en s'attardant parfois sur des petits détails de la vie quotidienne. Et ça aussi, ça me touche.
   Il n'y a pas de couleurs, tout est à l'encre. Mais même si parfois ça m'a manqué, dans l'ensemble le livre est largement assez bon pour prétendre au noir et blanc simple. Autre détail, qui n'est pas forcément important mais que j'ai apprécié, ce sont les cases. Elles ne sont pas rectangulaires. Elles le veulent, mais ne le sont pas. Les traits ne sont pas droits et ça participe au touché du lecteur également. Parce qu'un pied bandé c'est terriblement tordu, et les cases sont là pour nous rappeler cette souffrance à chaque page.

   En d'autres termes plus bref : c'est un ouvrage qui m'a touché et que je pense encore être en train de digérer à l'heure où j'écris ces lignes. Je ne l'ai pas considéré comme un coup de cœur sur l'instant. Mais plus j'y repense, plus je me dis que ça en vaut bien un. C'est une histoire très intéressante et terriblement touchante.

mardi 2 août 2016

Journal d'une hirondelle perdue sur la banquise?!

Bonjour bonjour !

Ça fait un moment que je n'ai pas donné de nouvelles, ce n'est pas faute de lire !
C'est la saison estivale et il est temps de se poser un peu, de partir... mais pas que.
En ce moment je suis en pleine réorientation, et la réorientation ça prend du temps.
Et puis il y une semaine c'était Chalon dans la rue ! Ce fameux festival transnational des arts de rue, c'est LE weekend où il se passe quelque chose à Chalon sur Saône et croyez-moi: ça vaut le détour !

Bref, je suis de retour avant une petite pause d'ici la fin de l'été pour cause de déménagement. :)

Aujourd'hui, je vais vous parler de quelques livres que j'ai lu en début d'été.
Et puis les autres chroniques suivront dans les semaines à venir.


Journal d'Hirondelle, Amélie Nothomb



C'est une histoire d'amour dont les épisodes ont été mélangés par un fou.



Oui, c'est à peu près ça. Mais c'est très lisible. C'est une relecture. Je l'avais lu un été il y a bien des années, donc autant dire que je ne me souvenais de pratiquement rien. Ma chronique sera rapide, presque autant que le roman en lui-même.

A l'époque je me souviens que j'avais adoré ce roman, mais aujourd'hui je ne me souvenais plus pourquoi. Voilà la raison de ma relecture. Et j'ai bien fait : en fin de compte ça ne casse pas des briques. Mais ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dis : j'aime toujours ce roman. Juste un peu moins. Il ne compte pas parmi mes préférés de l'auteur.
Je reconnais qu'il a tout de même quelque chose de fascinant. C'est l'histoire d'un homme qui, comme il s'ennuie de tout, va devenir tueur à gage. Un jour il doit tuer un homme et tombe sur sa fille, la tue et il devient obsédé par cette fille. L'histoire est belle, je ne peux pas le nier mais c'est terriblement court ! Et pour le coup je le regrette vraiment.
C'est d'autant dommage qu'on passe un bon moment. Mais voilà, selon moi on saute un peu des étapes ou certaines sont abrégées. D'un coup, ça parait tellement facile d'être tueur à gage...
En bref : pas nécessairement à lire, mais pas à esquiver pour autant.


Loup-Phoque, Davy Mourier

L’ours est sportif et bas du front, le manchot est amoureux et dépressif, la chouette est une mauvaise mère sadique, le poisson est suicidaire et le loup-phoque a un père loup, une mère phoque et une très sale gueule. Un coin de banquise qui ressemble un peu à notre société, finalement. Et comme dirait La Fontaine, la raison du plus fort est toujours la meilleure, même quand on se les gèle


Alors ça ! C'est une bonne surprise en revanche. Je ne me destinais pas particulièrement à cette lecture (quoique?) mais je l'ai pris sur un coup de tête pour l'offrir à ma sœur. Elle avait besoin de se payer une bonne tranche de rire et je me suis dis que Mourier s'y prêtait bien. C'est réussi ! Elle a rit, j'ai ris, nous avons ris, etc.

Tout ce passe sur la banquise. Et cette banquise est prétexte à parler tellement de choses ! Tout y passe, ou presque. Qui dit banquise dit écologie et protection des animaux, mais pas que. Des thèmes comme le racisme, la différence en tout genre ou plus léger comme le couple. L'auteur dénonce un peu tout ça avec humour. On pourrait croire que c'est sur-fait et puis non. C'est là aussi je pense l'intérêt de la banquise, qu'on ne rencontre pas tous les jours dans la littérature humoristique.
C'est drôle, simple et efficace. Je vous recommande cet ouvrage volontiers !


A bientôt !

=-)



Bilan de lecture juillet '16

Et oui !
Deux bilans d'affilé !
Et pourtant j'ai lu pas mal, voire un peu plus que d'habitude.
Mais bon, esprit vacances d'été d'un côté et bien occupée de l'autre... j'ai préféré mettre mon blog aussi "en vacances".
Mais voilà, un mois déjà et je ne vais pas me reposer sur mes lauriers tout l'été !

Qu'est-ce que j'ai lu en juillet ?

Ça a été un peu le mois des classiques. Je me suis concentrée sur mes emprunts de longue date pour les rendre avant de déménager (changement de région, ça ne rigole plus). Je n'ai fais aucune chronique pour l'instant et je ne pense pas le faire pour certains, donc Camus ou Poe. C'était disons plus pour ma culture générale. Mais bien entendu, les autres suivront. ;-)





J'ai aussi pas mal avancé dans Fables (Willingham), actuellement il ne me reste plus que 7 tomes à terminer en août. Ça devrait aller.

J'avais aussi envie de vous parler du challenge Kill them all de Millefeuille.
Ca se passe sur Livraddict. Nous avons notre PàL de départ et on se fixe un objectif pour la descendre sur l'année qui suit. Le challenge a débuté au début de juillet et ça durera jusqu'à juin prochain inclus.
Début juillet j'avais 45 livres à lire et j'aimerais arriver à une PàL de 10 livres au maximum, mon rêve ultime en terme de PàL étant de lire mes livres au fur et à mesure de mes achats. Aujourd'hui je me prive de beaucoup d'envies sous prétexte que j'en ai encore tout une pile qui attend à la maison... je veux me défaire de ça.
Lire 35 livres d'ici 1 an... C'est largement faisable en théorie. Mais je n'ai aucune envie de me priver comme je l'ai fais ces derniers temps. Et bien entendu, à chaque livre que j'achète je m'éloigne de mon objectif.
J'ai fais mon petit calcul au mois: ça me donne une moyenne d'à peine 3 livres par mois à lire.
J'ai plutôt bon espoir d'y arriver. Je lis de plus en plus... ce qui m’amène à mon Reading challenge sur Goodread...

C'est déconcertée que j'ai validé ma dernière lecture du challenge courant juillet... Quelle déception !
J'avais pourtant pas abusé sur l'objectif : lire un livre de plus que l'an dernier, donc 52. Et bien c'est fait ! largement ! J'ai tenté une analyse, en me disant que l'écart était énorme. Mais c'est très simple : j'ai lu largement plus de BD et comics que l'an dernier.
Donc maintenant je vais tenter de lire 100 livres, et même si ça ne passe pas, ce sera mon objectif pour l'année à venir.

Donc voilà pour juillet, je tâcherais d'écrire au moins la plupart des chroniques cette semaine, j'ai déjà commencé. Je pense que je condenserais ça, avec 2 ou 3 livres par article.

En attendant, je vous souhaite à tous de bonnes lectures !

=-)


vendredi 1 juillet 2016

Bilan lecture de juin '16

Bonjour !

Pour une fois je suis à l'heure pour le bilan mensuel !
Bon, OK, je ne le suis pas vraiment au niveau des chroniques, mais en même temps, je préfère ne pas me presser et faire ça correctement.

Depuis le dernier bilan, j'ai chroniqué quelques livres que voici :


http://celystine.blogspot.fr/2016/06/petites-coupures-shioguni-florent.html      http://celystine.blogspot.fr/2016/06/the-danish-girl-david-ebershoff.html
 
http://celystine.blogspot.fr/2016/06/la-quete-de-loiseau-du-temps-loisel-et.html

Il y a quelques lectures que je n'ai pas encore chroniquées, faute de temps ou de recul. Mais elles devraient arriver bientôt. Je n'ai pas très lu ce mois-ci. J'ai retrouvé un job, j'ai entamé un p'tit pavé et on m'a prêté Habibi que je viens de terminer.
Parmi ces lectures on retrouve donc Habibi de Craig Thompson. Il y a aussi OmbreMage, le troisième tome des Chroniques des Ravens, de James Barclay. Trilogie terminée ! Et puis Loup-Phoque de Davy Mourier, qui m'aura une fois de plus bien marré.

Pour l'heure, je suis en train de lire Into the wild, documentaire poignant de Jon Krakauer (en V.O.! youpi je m'y tiens !) Je l'ai à peine commencé et je peux déjà vous dire que je suis quelques part bien dégoutté de ne pas avoir des masses de temps pour lire ce weenkend.

Et puis soyons fous, projetons-nous dans l'avenir. Je ne parle rarement de mes prochaines lectures. C'est souvent la surprise, et pour moi aussi je dois vous l'avouer. Mais c'est l'été et il parait que c'est le moment de se faire la petite PAL estivale. Très peu pour moi, ça ira. En revanche, je peux vous dire quels livres je vais sortir de ma PAL disons annuelle voire décennale, étant donné que je vais changer de région d'ici quelques mois et que je vais devoir rendre tous les emprunts à durée maintenant déterminée.
Je pense en ressortir Marche ou crève de Stephen King, Les Aventures de Gordon Pym de Poe et puis terminer (mieux vaut tard que jamais) Les Aventures de Nils Holgersson de Selma Lagerlöf. Et comme j'ai terminé la trilogie des Ravens, je pense bientôt entamer la saga L'Héritage de Christopher Paolini.
Il y en a un qui va se rejouter entre temps puisqu'il fera l'objet du bookclub de juillet sur Livraddict: Les Dix petits nègres d'Agatha Christie.

En avez-vous déjà lus parmi cette liste ?
Qu'en avez-vous pensé ?

A bientôt pour une prochaine chronique !